Mardi 12 juin 2012 2 12 /06 /Juin /2012 13:21

 

Daniel Boys : « On m'a dit isolé, on voit désormais que c'est faux »

 Nouvelle démonstration de rassemblement, dimanche soir, d'un candidat qui ne se veut pas «chef de clan». Nouvelle démonstration de rassemblement, dimanche soir, d'un candidat qui ne se veut pas «chef de clan».

 

Sur l'ensemble de la 9e circonscription, le dissident socialiste Daniel Boys (7,43 %) se place en sixième position. Un chouïa

derrière le maire communiste de Lillers Pascal Barois (7,77 %) et à trois points d'Alain Delannoy (10,87 %) - et seulement un point d'écart à Béthune -, lui aussi exclu du PS et soutenu par la section locale (lire ci-dessus).

L'ancien bras droit de Jacques Mellick voyait dimanche en son classement une belle victoire. « On m'a dit isolé. On voit aujourd'hui que c'est faux. On aurait dû m'écraser, ce n'est pas le cas. » Lui, le candidat méconnu dans les campagnes de la 9e circonscription, désormais étiqueté divers gauche, préfère se cantonner à une analyse des chiffres béthunois pour asseoir son succès. « Forcément, plus l'on s'éloigne de Béthune, moins les gens me connaissent... » C'est dans le canton de Béthune-Nord qu'il réalise son meilleur score (9,78 %), avec même un 10,5 % à Annezin. À Béthune, il s'offre un 19,60 % dans un bureau de Béthune-Est et oscille entre 11,32 et 18,78 % au Mont-Liébaut, de Charlemagne à la Maison des associations.

Des chiffres logiques, estiment ses troupes : « C'est un homme de terrain. » Dimanche soir, une centaine de personnes sont venues découvrir les premiers résultats à ses côtés, rue des Charitables. Des larmes ont coulé dans ce local de campagne à l'ambiance « auberge espagnole ».

« Il y a un temps pour tout »

Du vieux militant PS - « 80 encore cartés » étaient présents dimanche, selon le candidat - à sa suppléante en passant par les petits nouveaux, l'émotion sonnait juste. Clémence, 25 ans, Lilloise, a vécu l'aboutissement de sa première campagne un mouchoir à la main. «  C'est un véritable homme de gauche, sincère et intègre, qui n'a jamais dérivé », explique celle qui le connaît depuis an.

Loin de la déception et de la rancoeur exprimée dans le camp d'Alain Delannoy, « candidat de la tromperie », dixit Daniel Boys, ce dernier se plaît à répéter sa consigne de vote : « Il faut rendre à la circonscription un député de gauche. C'est ça, la vraie priorité. » Mais le futur candidat pour les municipales de 2014 n'est pas bien loin. Car c'est bien lui qui souhaite « redonner de la dignité » au paysage politique local, et gommer l'ère Mellick. « Même si j'ai des divergences avec Stéphane Saint-André à cause de ses alliances avec l'UMP, il y a un temps pour tout. » Estimant aussi « que Copernic, qui ne fait que 13 % avec des conseillers généraux, ferait bien de réfléchir. »

CÉLINE WLODARSKI

Par Daniel Boys - Publié dans : Dans le Béthunois
Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil
Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés